Engrais chimique

L’utilisation des engrais chimiques est le plus souvent associée à l’agriculture intensive pour augmenter rapidement le développement des plantes ainsi que le rendement des diverses cultures existantes. Ils sont fabriqués par synthèse à partir de composants simples. Les engrais de synthèse ont généralement des actions rapides ce qui permet de les rendre facilement utilisables par la plante.

Trois familles d’engrais chimiques se distinguent

L’azote est un élément nutritif présent dans l’atmosphère, l’utilisation d’engrais azoté permet d’en apporter en grosse quantité aux végétaux. Les produits les plus connus sont l’ammonitrate et la solution azotée.

Les engrais potassiques contiennent de la potasse. Cet élément est présent naturellement dans le sol mais en concentration insuffisante pour satisfaire les besoins de la culture. Par exemple, la pomme de terre est très exigeante en potasse.Malheureusement, certains éléments sont très mobiles dans l’eau, c’est le cas de l’azote que l’on retrouve sous forme de nitrate. La forme nitrique de l’azote est la seule forme que la plante est en mesure d’absorber.

On peut également retrouver du phosphore et de la potasse dans certains cours d’eau. Il a été longtemps utilisé par les grands industriels, notamment ceux qui produisent de la lessive, et qui ont aussi contribué à la pollution bien avant les agriculteurs.

Naturellement, ces éléments sont présents dans l’écosystème, c’est leur présence en grande quantité qui perturbe l’équilibre naturel.

Ces trois types d’engrais sont indispensables à l’alimentation de toutes les plantes sur la planète. Présents parfois en quantité insuffisante dans le sol, l’homme doit satisfaire le besoin des végétaux afin que ces êtres vivants puissent satisfaire celui de l’humanité.

Chaque année depuis bien longtemps, une partie des récoltes du sol, riche en éléments minéraux, est destiné à être rendu sous forme de fumure organique comme les compost afin de ne pas épuiser le sol.

Risques d’utilisation de l’engrais chimique

Possédant de nombreux avantages, ces fertilisants connaissent également des contraintes et des risques.

Des risques élevés de pollution

L’agriculture intensive est liée directement à des excès de nitrate et de phosphate qui ne sont pas employés par le sol et qui peuvent attaquer directement les rivières ainsi qu’un bon nombre des nappes phréatiques aux alentours.

Dans le cas des jardins, un excès d’engrais et de produits de traitement mènent à une forte concentration du sol en éléments chimiques qui est élevée sur ce type de terre appartenant à des particuliers.

Nombreux sont les jardiniers qui dépassent les doses préconisées par les vendeurs en produit fertilisant.

Limiter l’usage des engrais chimiques

Dans le milieu agricole, il serait préférable de développer une agriculture durable et raisonnée limitant l’utilisation d’engrais chimique avec de faibles doses et seulement quand le besoin se fait ressentir dans vos cultures.Dans le cadre des jardins de particuliers, il est mieux d’accentuer l’utilisation d’engrais organiques gratuit « fait maison » ou à faible coût et avec peu de risques de dégradation, comme les composts, le fumier et les engrais verts.

Des engrais naturels du commerce sont également à disposition.

Limiter l’usage d’engrais chimique en favorisant une agriculture biologique serait réellement une victoire car la fertilisation chimique détériore petit à petit l’environnement dans sa globalité.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *